Sous le soleil exactement

Le Bâtiment Passif s’adapte à tous les climats ; cette flexibilité a une nouvelle fois été prouvée avec la certification de deux bâtiments, l’un à Agria Volos, en Grèce, et l’autre à Gaziantep, en Turquie.

Ils allient sobriété énergétique, énergies renouvelables et confort des occupants.

MAISONS EN BANDE À AGRIA VOLOS, Grèce

De la pierre, des briques, des matériaux produits localement… les 3 maisons en bande d’Agria Volos, premières de Grèce à décrocher le label Bâtiment Passif, sont parfaitement intégrées dans le paysage architectural.

Agria VolosPourtant, leur confort intérieur et leur consommation énergétique se distinguent par leur niveau d’excellence. Les contrôles et mesures effectués par l’entreprise locale XG, qui a conçu ce bâtiment de 477 m², ont abouti à des consommations réelles plus basses encore que les projections émises par le logiciel PHPP.

L’excellente inertie thermique permet de placer le rafraîchissement au second plan, au profit du chauffage, modique : chaque maison est dotée d’un radiateur de 2 kW, en appoint éventuel. Une cheminée a également été installée, en source de chauffage principale.

Agria Volos InsideD’autres modes de chauffage ont été évoqués, dont la chaudière à fioul. Les projections ont montré que si le bâtiment en était équipé, il aurait fallu 25 ans pour qu’une cuve de 3 tonnes de fioul soit totalement épuisée ! Enfin, chaque maison dispose d’une réserve de 300 litres d’eau pour l’ECS, chauffé via des panneaux photovoltaïques plats installés en toiture.

Un autre bâtiment, situé à Papagou en banlieue d’Athènes, vient de décrocher une certification EnerPHit Plus

Les deux bâtiments sont ouverts aux visites, sur demande.

INCUBATEUR d’Entreprise À GAZIANTEP, turquie

La première construction passive certifiée de Turquie est… une rénovation ! Cet incubateur accueille des consultants en efficacité énergétique ; et quel meilleur contexte qu’un bâtiment passif pour ce faire ?

GaziantepÉlaboré conjointement avec les services de la métropole de Gaziantep et le programme de développement des Nations Unies, il a pour but d’accueillir et de faire se rencontrer de jeunes diplômés de l’université de Gaziantep, toute proche.

Le bâtiment de 310 m² se divise en deux : une partie dédiée aux bureaux, l’autre à des salles de conférences. La rénovation du bâtiment existant a permis de réduire de 74 % les besoins énergétiques du bâtiment. Par ailleurs, le projet capitalise sur l’excellent taux d’ensoleillement d’Anatolie via l’installation de panneaux solaires qui doivent couvrir la totalité de ses besoins électriques.

gaziantepLa surchauffe est maîtrisée grâce à une isolation renforcée (entre 16 à 24 cm de laine de verre, selon les parois) et grâce aux murs clairs. Le toit vert permet l’intégration optimale du bâtiment au jardin qui l’entoure. Enfin, les vastes baies vitrées laissent pénétrer la lumière naturelle et la vue sur le parc Ataturk.

En conclusion

L’idée reçue selon laquelle le passif est conçu pour des climats froids ou continentaux a la vie dure. Pourtant, l’expansion dans des pays de la Méditerranée et sous des latitudes toujours plus chaudes (voir aussi la maison Baytna au Qatar ou les bâtiments certifiés en Australie ou Nouvelle Zélande) apportent la preuve du contraire.

Par ailleurs, la certification permet d’ôter les dernières appréhensions que pourrait avoir le maître d’ouvrage avant de se lancer dans un tel projet. Elle est une garantie contre la surchauffe, en fixant une température palier à 25° C.

Des bâtiments qui se maintiennent frais sans recourir à une climatisation et son gaspillage énergétique, et qui s’appuient sur les atouts locaux, à savoir de forts apports solaires, pour s’approvisionner en énergie photovoltaïque… que souhaiter de plus?